La leishmaniose

Tous nos chiens proposés à l'adoption atteints de leishmaniose ont une leishmaniose dite "stabilisée".  Nous ne sommes pas vétérinaires, donc il faut bien penser que chaque cas est différent et que l'avis de votre vétérinaire est important.

 

La leishmaniose est une maladie liée à la présence, au sein de l’organisme de petits parasites: les leishmanies. Ces derniers sont  transmis au chien par la piqûre d’un insecte très proche du moustique, le phlébotome. La maladie est  fréquente chez le chien alors que le chat semble très peu réceptif. L’homme, tout comme le chien, peut être contaminé.

Dans quelles zones géographiques la leishmaniose sévit-elle ?

La leishmaniose est présente sur tout le pourtour du bassin méditerranéen. En France, elle se rencontre principalement dans les régions: Provence-Alpes-Côte-D’azur, Corse, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées.

 

Dans le nord de la France, la maladie est encore mal connue des vétérinaires, n'hésitez pas à leur demander de voir avec des confrères du sud pour en savoir plus sur la Leishmaniose.

Mode de transmission de la maladie

La transmission de la maladie est liée à la piqûre d’un moustique appelé phlébotome: une femelle phlébotome pique un porteur (animal ou humain) de leishmanies et les absorbe dans son repas de sang. Ces derniers se multiplient dans le tube digestif de l’insecte qui, lors d’une nouvelle piqûre, va contaminer un autre animal par sa salive. Le phlébotome est particulièrement présent de mai à octobre et son activité est maximale au crépuscule.

La transmission directe du chien à l’homme n’est pas prouvée: l’homme est contaminé par la piqûre du phlébotome présent dans son milieu de vie. Un animal atteint de la leishmaniose peut vivre avec d’autres animaux, adultes, enfants, non porteurs de la leishmaniose; celui-ci ne leurs transmettra pas la maladie.

Les signes de la maladie

Les leishmanies vont progressivement contaminer les cellules de la moelle, du foie, de la rate, des ganglions, de la muqueuse digestive ou encore de la peau de l’animal. La maladie si elle n'est pas traitée à temps est mortelle.

 

Les premiers signes de la maladies sont une chute de poils (surtout autour des yeux et du museau), de la fatigue permanente, un amaigrissement et une importante fonte musculaire, des escarres sur la tête et les membres, de grosses pellicules, des griffes qui poussent de façon anormales et un épaississement des coussinets. 

Diagnostic de la maladie et pronostic

Afin de diagnostiquer la maladie, il faut faire une prise de sang : le IFI de leishmaniose donne le taux des anticorps générés par le chien pour lutter contre la maladie. Il n’est pas indicatif de l’état de santé du chien. Si le taux est supérieur à 1/80 alors le chien sera considéré positif à la leishmaniose, mais si le taux est inférieur à 1/80 alors le chien sera considéré négatif à la leishmaniose. 

 

Un bon diagnostic de la maladie, pour un suivi sans problèmes, est de faire un contrôle tous les 6 mois qui comprenne : 

*Analyse de sang : hémogramme et biochimie avec Protéinogramme  (les valeurs suivantes sont nécessaires : urée, créatinine, GPT Protéines totales, Albumine (protéinogramme), Alfa 1 globuline, Alfa 2 globuline, Beta globuline, Gamma globuline, quotient albumine/globulines protéinogramme)

*IFI (taux des anticorps de leishmaniose générés par le chien pour lutter contre la maladie), 

*Etat physique apparent du chien (perte de poil, de poids, blessures qui ne guérissent pas, etc.)

Avec toutes ces données le vétérinaire peut mieux évaluer l’état de santé général du chien et voir si il faut traiter ou pas. Il faut savoir que certains chiens bien que ils ont un taux de leishmaniose bas, la maladie est active et les organes sont affectés. Ces chiens ont besoin d’un traitement plus agressif. D’autres, ont un taux de leishmaniose élevé mais les organes sont nickel. Ce qui est important n’est pas le taux, mais que les organes fonctionnent normalement.

Traitement

Pour les animaux sensibles au parasite, la maladie va évoluer, en l’absence de traitement spécifique, vers une insuffisance rénale mortelle. Le traitement permet de ralentir la maladie et stabiliser le taux de leishmanies dans le sang et dans certains cas de la détruire.

 

Selon les résultats du bilan sanguin, de l’IFI et l’état physique, le vétérinaire va établir le traitement à suivre. Les médicaments sont Allopurinol, Glucantime ou bien Milteforan (qui a moins d’effets secondaires que le Glucantime, mais pas en vente en France) et Leisguard.

 

Deux cas :

- Cas 1 : si le chien a un taux très élevé de leishmanies dans le sang, ou des organes montrant un dysfonctionnement, alors le traitement sera Glucantime + Allopurinol.

- Cas 2 : Si le chien a un taux faible de leishmanies dans la sang et ne présente aucun organe défaillant, alors il ne sera traité qu'avec de l'Allopurinol. 

Le traitement peut être révisé à tout moment en fonction de l'évolution de la maladie et de l'état de santé du chien. 

Suivi de la maladie

Des prises de sang (1 à 2 par an) permettront de contrôler le taux de leishmanies dans le sang afin d'éviter / d'anticiper toute rechute. Si le taux de leishmanies dans le sang augmente sensiblement, il faudra augmenter le dosage d'allopurinol. Si cela ne suffit pas, il faudra envisager de refaire le traitement à la glucantime.

Si vous souhaitez adopter un chien atteint de leishmaniose, nous pouvons vous parler de la maladie. Mais nous vous conseillons fortement d'en parler à votre vétérinaire car c'est lui qui sera en charge du suivi du chien.

Nous pouvons aussi vous mettre en contact avec les personnes ayant déjà adopté un chien atteint de leishmaniose.

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux : 

Facebook

Instagram