Billets d'humeur


Vagabundo

L’histoire de Vagabundo, le chien en peluche, ressemble à l’histoire de tant d’autres peluches dont nous avons hélas croisé la route.

Il a été offert à son petit propriétaire à l’occasion d’une fête ; était- ce pour un anniversaire ou pour Noël ? Nous ne le savons pas. La suite, par contre, nous la connaissons.

Vagabundo a été adoré, choyé et câliné. Il a fait partie de tous les dodos, de tous les voyages, il a été emmené à la crèche, à l’école, il a connu les nounous, il a absorbé bien des larmes, consolé bien des chagrins, guéri bien des grosses fièvres, écouté bien des secrets. Fidèle et loyal, il a toujours été là, ami attentif, compagnon de chaque instant. 

Et puis son petit propriétaire a grandi. Il a commencé à oublier d’emporter Vagabundo dans son cartable ou chez Mamie, en vacances. Il lui a préféré une console Nintendo Switch. 

De plus, avec le temps, les lavages en machine à plus de 40° ont eu raison du lustre de Vagabundo. Son rembourrage s’est affaissé, son tissu bien doux s’est feutré et ses couleurs vives se sont éteintes… Il a même bouloché à certains endroits et a perdu tout intérêt. 

Aujourd’hui, Vagabundo se morfond au fond d’une caisse, recouvert par des vieux pulls et des petites voitures cassées. Plus de bisous, plus de câlins, plus de confidences, plus d’amour. Il n’a plus personne à aimer et à protéger contre les monstres nocturnes. 

C’est pourtant un compagnon adorable, obéissant, sociable, propre et surtout sans contrainte. 

Qui voudra l’adopter et lui donner une nouvelle vie ?

Comment ? Ce n’est qu’une peluche ? Un bout de chiffon ? Oui, vous avez raison, Vagabundo n’est qu’une peluche. 

Mais attention, si Vagabundo n’est effectivement qu’une peluche, il a un avantage extraordinaire qu’il ne faut pas négliger ! Il est proposé à l’adoption SANS contrat d’adoption ! 

Oui, Mesdames et messieurs, vous avez bien lu ! Sans contrat ! 

Alors si vous ne voulez pas vous engager à respecter un cahier des charges établi par notre association, dont le seul but est de garantir la sécurité et le bien-être d’un animal déjà bousculé par la vie, 

Si vous ne voulez pas écouter les conseils des bénévoles qui ont une expérience importante en la matière, 

Si vous voulez faire ce que vous voulez avec votre nouveau compagnon sans rendre de comptes à personne, 

Si vous voulez le sortir sans laisse, sans médaille, sans harnais, et quand bon vous semble, à la fréquence qui vous sied,

Si vous voulez le laisser dormir dehors ou dans un garage, le laisser dans un jardin non clôturé et/ou sans surveillance, 

Si vous voulez le laisser vivre sur un balcon,

Si vous ne voulez pas subir de pré-visite ni de post-visite, 

Si vous ne voulez pas répondre à un questionnaire sur votre mode de vie, 

SI vous êtes contre les vaccins et la stérilisation, 

Si vous ne souhaitez pas rester en contact avec l’association ni donner des nouvelles régulières, 

Si vous voulez avoir la possibilité de le donner un jour à quelqu’un ou de le revendre, 

Alors, VAGABUNDO est le compagnon qu’il vous faut ! 

N’hésitez pas à ne surtout pas contacter notre association qui, sinon, se fera un plaisir de vous expliquer comment passer votre chemin et rester à distance des chiens pour lesquels elle se bat avec amour et dévotion. 

Elle vous donnera même les coordonnées du dépôt-vente le plus proche de chez vous, où vous pourrez adopter Vagabundo ou l’un de ses semblables. 

Lu sur Internet  :

AVOIR UN CHIEN C'EST :

Sortir en pyjama au beau milieu de la nuit.

Passer sans cesse le rouleau à poils sur tous ses vêtements.

Acheter 2 canapés par an (surtout au début).

Collectionner les sacs à crottes .

Avoir un concert privé chaque soir en rentrant chez soi.

Avoir un concert privé chaque matin aussi ;).

Avoir la possibilité d'accuser ton chien quand c'est toi qui a pété.

Dépenser des sommes phénoménales chez le véto.

Avoir une ombre qui te suit partout et ce même aux WC.

Avoir honte quand tu amènes ta voiture chez le garagiste. 

Etre obligé d'acheter un Dyson.

Accepter le fait que tu n'aura plus jamais de tapis chez toi.

Ne plus s'entendre avec tes voisins.

Lui trouver des excuses quand il a fait une bêtise. 

Avoir un salon rempli de jouets découpés et machouillés.

Etre ridicule avec une voix de débile quand tu lui parles.

Etre surveillé quand tu manges.

Apprendre le sens du partage et finir par lui donner ton assiette.

Apprendre à s'organiser et ne plus jamais laisser de nourriture sur la table.

Ne plus avoir aucune autorité quand il te fait ses petits yeux de malheureux.

Lui interdire le canapé et finir par céder quand tu te sens seul.

Organiser tes weekend en fonction de lui. 

Avoir des centaines de photos de lui floues dans ton téléphone.

L'avoir aussi sur ton fond d'écran.

Devenir un pro du ramassage de poubelles éclatées dans la maison.

Lui apprendre des tours idiots et être tellement fier de lui.

Avoir envie d'en avoir un deuxième.

Avoir un ami qui te fait des calins quand tu es triste.

Te sentir incomplet quand il n'est pas avec toi.

Des rires à n'en plus finir quand il fait n'importe quoi.

De l'amour inconditionnel tous les jours.

Appréhender le temps qui passe parce qu'il vieillit plus vite que toi.

Etre prêt à tout pour lui.

Un immense bonheur que les gens qui n'en ont pas ne peuvent pas comprendre.

Avoir la chance d'avoir une petite boule de poil qui t'aime plus que tout au monde et qui te sera fidèle à jamais.

Avoir un chien c'est partager tellement d'amour qu'il est devenu impossible de vivre sans

Bonjour,

 

Je suis MARZO, ou plutôt devrais-je dire : j'étais MARZO, je vais vous raconter mon histoire :

Ma vie avait un peu mal commencé, né le 8 octobre 2015. J'ai été trouvé avec mes 9 frères et sœurs alors que nous n'avions que 20 jours. Ma maman est une magnifique mastine que les bénévoles du refuge n'ont jamais réussie à attraper mais nous ne connaissons pas la race de mon père. Mes frères et sœurs et moi-même avions chacun une couleur différente. Mes frères et sœurs ont eu la chance de trouver des familles responsables, malheureusement Diciembre est encore au refuge et attend avec impatience de pouvoir vivre en famille.

J'étais heureux au refuge, mes protecteurs me disaient souvent ne t'inquiète pas Marzo nous allons te trouver une bonne famille et tu vas pouvoir vivre heureux, avec un coussin bien moelleux et une gamelle bien remplie tous les jours … Je voyais mes frères et sœurs partirent un à un, ils nous disaient qu'ils partaient vivre dans leur famille et que mon tour viendrait … J'avais 20 jours quand je suis arrivé au refuge, rappelez-vous en !!!!

Maintenant débute la fin de ma vie … les bénévoles étaient contentes, elles sont venues me voir et m'ont dit : « Marzo, une famille t'attend en France, une famille qui a déjà adopté des galgos, qui connaissent les chiens Espagnols... » Un mélange de sentiments se bouscule, je suis content je vais avoir ma famille à moi, mais pour moi ma famille c'est les bénévoles du refuge, c'est ICI !!!!

Un vendredi matin on me fait monter dans un camion où il y a beaucoup d'autres chiens et on me répète, ne t'inquiètes pas Marzo tout va aller bien, une famille t'attend tu vas pouvoir vivre heureux...la porte du camion se ferme, il fait tout noir, nous sommes tous dans des cages, il fait chaud, nous avons tous peur, le temps paraît long, long, long … Ma sœur, les bénévoles du refuge me manquent déjà …. De temps en temps la porte de la camionnette s'ouvre et des chiens descendent du camion … il fait très chaud, nous sommes fatigués et nous avons peur....la porte s'ouvre et là c'est à mon tour de descendre …. Un couple me change mon collier et me met une laisse on marche un peu et je dois monter dans une voiture mais j'ai peur alors on me porte et on me met dans la voiture... Là je fais encore de la route, et je sors de la voiture, des personnes me parlent mais je ne les comprends pas !!! Je regarde autour de moi, je ne connais rien, je ne connais personne... j'ai peur et je suis fatigué, j'ai envie de retourner dans ma maison à moi avec ma sœur et nos protecteurs ….

Puis la dame dort à côté de moi sur le canapé, je la regarde mais je ne la connais pas ... elle m'emmène au jardin mais je ne connais pas la laisse je ne marche pas vraiment car ce truc à mon cou me dérange, elle enlève la laisse elle me dit quelque chose que je ne comprends pas, je ne la connais pas, je ne sais pas si elle me veut du bien ou du mal …. Je me promène dans le jardin je renifle, j'entends les enfants je ne les connais pas, ils jouent, ils crient... un truc rond bouge d'un enfant à l'autre... j'ai très peur …. La dame vient vers moi, je ne la connais pas, je panique et je grimpe la clôture … la dame crie, j'ai peur, pourquoi elle crie.... je cours, je cours, je cours…Je cherche ma sœur, mes protecteurs, j'ai peur, je ne sais pas où je suis, il y a beaucoup de champs, de près, de la foret …. Des gros engins bruyants font beaucoup de bruit et coupent le foin , j'ai peur, je ne sais pas quoi faire , je ne reconnais rien , ni personne , je cours je cours....le temps passe je suis fatigué , je voudrais revoir Sylvia ou Maria et les autres qui étaient si gentils avec moi.... je cours je finirais bien par les trouver.....je continue de courir, je suis fatigué et j'ai peur.... et là j'entends un gros bruit , j'ai mal partout , j'ai du mal à respirer , j'ai vraiment peur … mes protecteurs m'avaient dit que je serais heureux , une famille m'attend....

Le téléphone sonne, le responsable de la SPA, il demande quel est mon numéro de puce électronique, une personne lui dicte mon numéro... Il explique à la personne que je suis mort, tapé par une voiture, que mon corps est sans vie, qu'il faut venir chercher mon corps, ma famille ne veut pas m'enterrer dans son jardin, elle ne veut pas payer pour mon incinération...

Les filles de l'association , n'ont pas réfléchi, Caroline a pris sa voiture et elle est venue me chercher, elle m'a caressé la patte et m'a dit qu'elle était vraiment désolée, qu'elle pensait que c'était une bonne famille , responsable et qui respecterait les consignes de sécurité....

MOI, MARZO mort le 25 juillet 2017, je n'ai connu qu'une vie de refuge, d'errance... Moi MARZO de tout là-haut dans le Ciel, je souhaite aider mes copains qui arrivent en France qui montent dans ce camion pour voyager longtemps et en descendent pour une nouvelle vie …. PROMETTEZ MOI de veiller sur mes copains, de respecter les consignes de sécurité , si mes adoptants m'avaient attaché à une longe , je n'aurais pas pu fuguer et je serais encore en vie à m'épanouir mais EUX ils savaient, eux ils avaient déjà eu des chiens, aucuns de leurs chiens n'avaient Fugué mais MOI MARZO j'ai eu peur et dans ma panique j'ai fui....

S'il vous plaît, si vous voulez le bonheur de votre compagnon que vous avez adopté, que nous vous avons confié, que mon copain puisse vivre de longues années à vos côtés, promettez-moi de le tenir en laisse et en longe et de lui apprendre les bases et le rappel avant de le détacher...

Marzo

Nous sommes au regret de vous annoncer que Nina est décédée cette nuit. (24-08-2018)

Pour mémoire, nous vous rappelons l'histoire de NINA. 

Cette chienne a été adoptée il y a deux ans dans un de nos refuges partenaires.

Les bénévoles étaient si contents pour cette formidable chienne, douce et affectueuse, qui méritait un foyer... qui le méritait mais qui ne l'a pas eu. 

En effet, la semaine dernière, Nina a été déposée chez un vétérinaire en très mauvais état de santé, par son adoptante, qui s'est envolée sans payer la note. Le vétérinaire a contacté le refuge pour lui signaler le cas et bien entendu, la protectora a tout de suite pallié et décidé de reprendre en charge Nina. D'où, notre appel aux dons de la semaine dernière.

Nina ne souffrait d'aucune pathologie incurable et serait en vie si elle avait été soignée à temps... 

Nina est une victime de l'incurie de sa prétendue adoptante ! 

Aujourd'hui, c'est la rage au ventre que nous nous associons au chagrin des bénévoles qui avaient donné le meilleur d'eux-mêmes pour aider Nina à se reconstruire et qui espéraient lui offrir un avenir heureux.

Nous ne dirons rien de ce que nous pensons de cette dame qui est venue déposer Nina à la clinique vétérinaire comme on dépose un sac poubelle dans un container et qui est partie sans se retourner. 

Nous espérons toutefois que la triste histoire de Nina fera comprendre à toutes les personnes qui nous contactent pour adopter un chien et qui sont surprises des questions que nous posons et enquêtes que nous faisons avant de leur confier un animal, pourquoi nous sommes aussi exigeants ! 

RIP, petite Nina. Tu ne resteras pas dans le cœur de cette femme qui t'a laissé mourir, elle n'en a pas. Par contre, tu resteras à jamais dans le nôtre. 

Message d’une adoptante :

A tous les gens qui n’ont pas encore de chien et qui sont émus par le sort de tous ces pauvres chiens abandonnés, je veux dire qu’adopter un chien, ce n’est pas céder à une pulsion, ce n’est pas faire un acte de sensiblerie, sur un coup de tête.

Quand on adopte un chien, ce n’est pas une peluche qu’on pourra ranger sur le haut de l’armoire quand elle ne s’harmonisera plus avec la couleur de la couette.

Quand on adopte un chien, ce n’est pas pour montrer à ses amis combien on est gentil, généreux et dévoué,

Quand on adopte un chien, ce n’est pas pour se faire plaisir, c’est pour lui offrir le meilleur de ce qu’on a, pour partager notre vie avec lui, avec sérieux et engagement.

Quand on adopte un chien, on s’engage vis à vie de lui, pour la vie. Pas pour un mois ou deux.

Un chien n’est pas un vêtement à la mode qu’on change quand la collection suivante arrive, où qu’on range dans une housse quand la saison a changé.

Un chien est un être sensible, qui s’attache, qui souffre psychologiquement de la séparation, et qui peut être très malheureux, même s’il n’a pas reçu de coups physiques.

Je veux donc ici prévenir tous les adoptants potentiels qui hésitent à adopter : un chien, c’est 90% d’emmerdes ! Je le répète et j’assume, un chien, c’est 90% d’emmerdes !

Ca coûte cher, à nourrir et à soigner, ça prend de la place,

C’est chronophage, ça perd ses poils,

Ca sent mauvais (et de plus en plus avec l’âge), ça bave,

Ca fait des bêtises, ça a besoin de sortir plusieurs fois par jour, quel que soit le temps,

Ca n’est pas accepté dans les taxis, les hôtels, les restaurants, les magasins, les cinémas,

Ca n’aime pas rester seul, ça aboie,

Ca course le facteur, ça fait peur à la fille de la voisine,

Ca chasse, ça n’écoute pas tout de suite,

Ca peut fuguer, ça ne se fait pas garder facilement,

Ca ne voyage pas à l’étranger

Ca demande de l’attention, et pas forcément quand vous en avez envie,

Ca mange plusieurs fois par jour, ça salit le sol avec ses pattes en revenant de dehors,

Ca empêche de sortir quand on veut,

Et encore, c’est juste ce qui me vient à l’esprit… Je suis certaine que tous ceux qui, ici, ont déjà un ou plusieurs chiens, pourraient tous en rajouter à ma liste.

Alors, vous qui hésitez, n’oubliez jamais qu’un chien, c’est d’abord tout ça…

Si vous n’êtes pas capable d’accepter ces 90% d’emmerdes incontournables du chien, alors renoncez dès maintenant à votre projet d’adoption, parce que vous êtes un "abandonneur" en puissance et que vous ne méritez pas les 10% qui restent.

Vous ne méritez pas l’amour infini, incomparable, magique, merveilleux, irremplaçable, fantastique, divin, extraordinaire, indicible, absolu, parfait, sans limite ni restriction que ce même chien qui pisse, qui cague et qu’on ne peut pas rentrer dans une valise en soute, est prêt à vous donner, comme ça, pour rien, juste parce que ce n’est qu’un chien, et que vous n’êtes qu’un homme ! 

30 novembre 2018

Nous croyons bien naïvement que le calvaire des laissés pour compte espagnols prend fin dès leur arrivée en refuge.

Nous savons que chaque protectora offre à ses protégés l'abri, le couvert, les soins, l'amour, la sécurité qu'ils méritent. Elles se battent toutes farouchement pour eux et nous sommes heureux(ses) de lutter à leurs côtés.

Mais la folie des hommes, leur cruauté, leur bassesse viennent parfois faire exploser ces bulles de paix.

Des crapules se sont introduites dans l'un de nos refuges amis dans la nuit de mercredi à jeudi. Venaient-elles voler des chiens ? Souhaitaient-elles se venger des bénévoles ou récupérer un animal confisqué ? Ont-elles provoqué volontairement une rixe mortelle en ouvrant délibérément des enclos soigneusement fermés.

Difficile de comprendre ce qui a pu se passer mais deux de nos protégés ont perdu la vie cette nuit-là à cause de ces malfrats.

Ces faits sont hélas fréquents et sont l'une des pires menaces pour les refuges. Des expéditions punitives sont menées contre des refuges : incendie, massacre de tous les pensionnaires, vol de chiens.

Depuis que nous nous sommes engagé(e)s dans la défense des chiens d'Espagne, nous découvrons à quel point l'être humain peut être mauvais. Et quand nous pensons avoir touché le fond, les limites sont repoussées un peu plus loin.

Adieu Diciembre ! Adieu Yellow ! 

Conversation entre copines :

 -       Et toi, les vacances, tu pars quand ?

-       La semaine prochaine. D’ailleurs, je suis en plein préparatifs. Et je ne sais pas vous les filles, mais savoir ce que je dois emporter ou pas, c’est toujours un vrai casse-tête chinois. Mes valises sont pleines et j’ai encore un milliard de choses à y faire rentrer. Je voudrais emporter ma maison !

-       Oui, tu as raison, on rajoute un Kway en cas de pluie, une robe de soirée au cas où…

-       Oui, t’as raison, moi, je ne pars pas non plus sans ma tablette, ni mon kit de french manucure…

-       Moi j’hésite… Matériel de plongée ? Raquettes de tennis ? La dernière fois, je n’avais pas pris les boules de pétanques et je l’ai regretté.

-       Nous, cette année, on part à l’étranger, alors il ne faut pas oublier les guides, le dictionnaire bilingue, les petits cadeaux pour les locaux…

-       Ben oui, il y a tellement de choses à penser pour ne rien oublier…

-       Ah bon ? Moi, c’est vite vu. En vacances, en fait, je n’ai besoin que d’une seule chose.

-       Une seule chose ? T’es trop forte ! Quoi donc ?

-       Attends, ne dis rien, laisse-moi deviner : tes lunettes de soleil ?

-       Non.

-       Ton monoï ?

-       Le dernier Marc Levy ?

-       Surtout pas !

-       Ton bikini ? Tes chaussures de marche ? Tes tongs ???

-       Non, non, non…

-       Je sais, ton éventail !

-       Non plus.

-       Ben alors je ne vois pas. C’est quoi, ce seul truc que tu emporteras avec toi en vacances, quoi qu’il arrive ?

-       Mon chien.

-       Quoi ton chien ?

-       La seule chose dont j’ai vraiment besoin en vacances, c’est de savoir que mon chien passera d’aussi bonnes vacances que moi, soit à mes côtés, soit avec quelqu’un qui en prendra bien soin pendant mon absence.

 

EN VACANCES, VOTRE CHIEN FAIT TOUJOURS PARTIE DE VOTRE VIE. NE L’OUBLIEZ PAS.

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux : 

Facebook

Instagram